Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"La Tache" de Philip Roth

Il y a longtemps que je voulais écrire quelque chose sur La Tache un des romans majeurs de Philip Roth, l’un des derniers  grands écrivains américains, mort en 2018. Je vais essayer de montrer les qualités et les points forts de ce livre. La Tache  s’ouvre sur les problèmes que rencontre Coleman Silk, un professeur d’université proche de la retraite, plutôt progressiste, même s’il tient à conserver certains principes et méthodes d’enseignement classique.

Un jour, remarquant que deux de ses étudiants ne viennent jamais à ses cours, il demande aux autres présents : « Mais qui sont ces zombies ? », voulant dire qu’il croit avoir affaire à des fantômes. Or, il se trouve que les deux étudiants en question sont noirs, chose qu’il ignorait évidemment, et à partir de là commencera sa  descente aux enfers, après une campagne menée contre lui l’accusant de racisme. Sa femme décédera peu après, ses enfants ne le comprendront pas, et même lorsqu’il se liera avec une femme de manège de l’université, tout le monde dira qu’in tente de l’exploiter.

Cependant, à travers un retour en arrière sur la vie et le passé de Colman Silk, on découvre que bien qu’ayant le teint plutôt clair, il provient lui-même d’une famille noire, et qu’il s’est fait passer pour un blanc afin de pouvoir faire de la boxe dans son quartier, et plus tard gravir les échelons pour devenir un grand professeur de lettres, en gardant toujours son secret qu’il a forcé à ne plus revoir sa mère, péché originel qu’il devra payer peut-être un jour ?

L’étrange fin de carrière de Silk pose beaucoup de questions, sur le poids des apparences,  la signification d’appartenir à un groupe ethnique, la possibilité d’être un individu libre affranchi de toute contraintes familiales ou sociales, et d’autres questions que ce roman a soulevé et soulève encore chez ses lecteurs. 

Extraits

« Ce que nous savons, hors clichés, c'est que personne ne sait rien. On ne peut rien savoir. Même les choses que l'on sait, on ne les sait pas. Les intentions, les mobiles, la logique interne, le sens des actes ? C'est stupéfiant, ce que nous ne savons pas. Et plus stupéfiant encore, ce qui passe pour savoir. »

« Rien ne dure et pourtant rien ne passe. Et rien ne passe justement parce que rien ne dure ».

Tag(s) : #Littérature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :